-A +A
Vous êtes ici

Les sites de la Vallée Vézère inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO

Des sites classés au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO

15 sites préhistoriques de la vallée de la Vézère comptent parmi les premiers inscrits sur la prestigieuse liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO.

La vallée de la Vézère rassemble sur une cinquantaine de kilomètres, quelques-uns des plus riches et des plus célèbres sites de la Préhistoire européenne, témoignant ainsi de 400 000 ans d’occupation humaine. Des centaines de milliers de vestiges lithiques, osseux et artistiques y ont été découverts. Elle concentre pas moins de 147 gisements remontant jusqu’au Paléolithique et 25 grottes ornées.

C’est un fait avéré, la Vallée de la Vézère présente un intérêt exceptionnel d’un point de vue autant ethnologique, anthropologique qu’esthétique.

Un patrimoine d’exception à découvrir

Après les premières grandes découvertes archéologiques, la majorité de ce patrimoine est toujours accessible au public : musées, gisements, grottes ornées originales ou reproduites, permettent aux visiteurs de partir à la découverte de l'Histoire de l'Homme moderne. 

L’ABRI CRO-MAGNON

Découvert de manière fortuite en 1868, ce site donna son nom aux cinq squelettes humains alors découverts in situ : les Hommes de Cro-Magnon ou Hommes anatomiquement modernes. Pourquoi Cro-Magnon ? Cro ou Cros vient du patois périgourdin qui signifiait le trou, le creux. Magnon est un patronyme courant dans la région. Cro-Magnon est donc le trou appartenant à Monsieur (la famille) Magnon.

LA MICOQUE

Site le plus ancien de la vallée de la Vézère, le gisement de la Micoque est fondamental pour la compréhension du Paléolithique. Sa stratigraphie, haute de près de 10 mètres, couvre plus de 300 000 ans de chronologie. Le site se découvre en empruntant le sentier d’interprétation « Chemin de la Préhistoire, la boucle de la Micoque ».

FONT DE GAUME

C’est la dernière des grottes polychromes encore ouverte au public. Elle se distingue par de nombreuses représentations de bisons. Pour des raisons conservatoires, le nombre de visiteurs est très limité. La réservation est indispensable.

L’ABRI DU POISSON

L’abri recèle en son plafond la sculpture en bas relief d’un magnifique saumon. La datation de - 25 000 ans en fait l’une des plus anciennes représentations pariétales de poissons dans le monde (environ une dizaine).

LA MOUTHE

1894, la Mouthe fut la première grotte découverte en Dordogne. Elle contribua à la reconnaissance de l’art du Paléolithique supérieur. Désormais fermée, elle abrite près de 200 gravures et peintures mais aussi 2 mains et un tectiforme.  

LAUGERIE HAUTE

A l’instar de son voisin Laugerie basse, cet abri sous roche permet de bien comprendre la succession des époques à la préhistoire. La stratigraphie montre une occupation exceptionnelle et intense sur plus de 10 000 ans (du Gravettien final, du Solutréen et de la pre- mière moitié du Magdalénien). Quarante-deux couches et niveaux archéologiques ont été identifiés.

LES COMBARELLES

Située à 2km des Eyzies, sur le versant gauche du petit vallon des Combarelles, la grotte des Combarelles recèle plus de 800 gravures d’animaux accompagnées de dessins : lions, bouquetins, mammouths, chevaux, bisons, aurochs, rennes, etc... Haut lieu de la culture magdalénienne, elle abrite également un nombre important de représentations humaines schématiques. Pour des raisons conservatoires, le nombre de visiteurs est très limité. La réservation est indispensable.

LAUGERIE BASSE

Connu depuis 1863, l’abri de Laugerie basse a livré de nombreux objets que l’on retrouve dans presque tous les musées de Préhistoire du monde. Il est ouvert à la visite et propose un parcours ludique pour les enfants sur le thème de la chasse à la préhistoire.

LA GROTTE DE ROUFFIGNAC  (ou Cro de Gandville)

Exceptionnelle par sa taille, la grotte de Rouffignac l’est aussi par le très grand nombre de représentations de mammouths (plus de 160). A bord d’un train électrique, la visite permet de plonger singulièrement dans l’univers mystérieux des grottes et de découvrir l’art des chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire. Elle accueille régulièrement des expositions scientifiques.

LE GRAND ROC

Les falaises du Grand Roc constituent un des paysages exceptionnels de la vallée de la Vézère. Au pied de ce chef-d’œuvre natu- rel se trouvent les gisements préhistoriques de Laugerie haute, de Laugerie basse et au milieu, la grotte du Grand Roc. Véritable forêt minérale, la grotte offre des cristallisa- tions célèbres par leur diversité : stalactites, stalagmites, fistuleuses, gours, triangles de calcite et excentriques dont les formes dé- fient les lois de la pesanteur.

LA MADELEINE

Le Village troglodytique de la Madeleine est un des meilleurs exemples de l’occupation humaine de la Vallée de la Vézère. Site éponyme de l’époque magdalénienne, le gisement préhistorique de la madeleine a livré quantité d’objets remarquables.

LA GROTTE DU SORCIER  (ou Roc de Saint Cirq)

Grotte ornée de taille modeste qui abrite néanmoins une quinzaine de gravures profondes, bas-relief et gravures fines dont l’une des rares représentations humaines et masculines dans tout l’art, celle du « Sorcier ».

L’ABRI DE CAP BLANC

Cap Blanc, c’est une frise sculptée de 13 mètres de long. Chevaux et bisons y sont représentés en bas- relief, haut-relief et ronde-bosse. Ouvert toute l’année, ce site exceptionnel est l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la sculpture monumentale préhistorique.

LE MOUSTIER

Ce site, qui a donné son nom à l’époque moustérienne, correspond en grande partie à l’occupation des hommes de Néandertal. Deux sépultures exceptionnelles y furent découvertes en 1908 et 1914. Se visite uniquement sur réservation, s’adresser à l’accueil de la grotte de Font de Gaume.

LASCAUX 

La grotte de Lascaux (et non les grottes de Lascaux) a été découverte en 1940 par 4 adolescents périgourdins de Montignac. Aujourd'hui le Lascaux original est fermé. La grotte est étroitement surveillée afin de préserver ce site inscrit aupatrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. 

 

 

Abri du Cap Blanc ©Ph.Jugie
Abri du Cap Blanc ©Ph.Jugie