Calvaires et croix, une ancienne tradition

La croix était disposée à l’origine dans le cimetière du village proche de l’église. L’usage veut que depuis le XVème siècle les croix soient édifiées, dans les cimetières, au carrefour des chemins, parfois dans les bourgs. De nombreuses manifestations s’y déroulaient autour, elle servait de point de ralliement lors de la procession du dimanche des Rameaux, on s’arrêtait au pied de la croix pour chanter l’«hosanna» (sauve-nous) en supplication des événements variés de la vie des chrétiens.

La croix de Fanlac

Celle de Fanlac est remarquable, très ouvragée, on y distingue au pied de la croix sous le soleil, le disciple Jean, sous la lune, la vierge Marie. Sous les pieds du Christ figure un crâne humain, qui rappelle le nom du lieu du sacrifice : le Golgotha qui en araméen signifie « crâne ».

Village de Fanlac©OTLDVV


À la base de cet ensemble apparaît un homme d’armes, agenouillé, en prières qui porte devant lui une lance : le tout selon l’usage du XIVème siècle. Il s’agit probablement de la marque des donateurs.
Le sommet forme une figure géométrique en 4 alvéoles qui symboliquement évoquent le monde créé.
Au centre, le Christ en croix avec au sommet de sa tête, l’inscription fortement altérée qui signifie : « Jésus de Nazareth roi des Juifs », au-dessus de ses bras, apparaissent à sa droite le soleil, à sa gauche la lune.
De chaque côté de la croix se trouve un ange qui recueille dans une coupelle le sang de la plaie.

La croix de Sergeac

Croix Sergeac©Myriam G

À quelques kilomètres de là, la croix de Sergeac qui date du XVIème siècle est surprenante par son style médiéval peu courant en Périgord, on peut y voir le Christ entre la Vierge et Saint Jean.

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu