Vous avez fait une réservation à Mauzens et Miremont en Périgord mais le GPS vous indique que c’est en Dordogne ? Pas de panique, c’est tout pareil ! Bienvenue chez nous, où les noms vous mèneront parfois par des chemins détournés, aux pays des châteaux, des grottes et des villages exceptionnels ! 

Le département de la Dordogne est souvent appelé par son ancien nom : le Périgord

Pourquoi appelle t-on la Dordogne, le Périgord ?

Ce nom date de l’époque romaine et représentait l’ancienne province qui précéda le département. Il désignait un comté attaché au duché de Guyenne avec un territoire légèrement plus vaste que la Dordogne actuelle.

L’organisation administrative date de l’ancien régime. Le département tel que nous le connaissons est constitué le 28 juillet 1790. 

Pourquoi le Périgord est devenu la Dordogne ?

Les géographies anciennes postérieures à la création du département utilisaient clairement le nom de Dordogne pour décrire le territoire, utilisant celui de Périgord lorsque le propos devenait plus historique ou ethnologique.


Aujourd’hui, les deux dénominations sont le plus souvent confondues par l’édition touristique. En 2015, le site Internet du Comité départemental du tourisme accorde l’égalité aux deux appellations. 

La Dordogne et le Périgord évoquent à juste titre des images de terres magnifiques, regorgeant d’histoire, de culture et de possibilités de découverte. Ces deux régions sont célèbres pour leurs villages pittoresques, leurs paysages vallonnés et verdoyants et leur cuisine gastronomique. Cependant, bien que souvent considérés comme interchangeables, il existe des différences significatives entre la Dordogne et le Périgord.

Quelle est la réelle différence entre les 2 appellations ?

Dans l’ensemble, la Dordogne est un département français qui appartient à la région de la Nouvelle-Aquitaine

Le Périgord, quant à lui, est un ancien comté français qui correspond à peu près à l’actuel département de la Dordogne, mais il est divisé en quatre régions : le Périgord noir, le Périgord vert, le Périgord blanc et le Périgord pourpre, chacune avec une histoire et une culture différente qui les distinguent les unes des autres.

Le Périgord noir, également connu sous le nom de Sarladais, est peut-être la région la plus célèbre. C’est la terre des grottes préhistoriques, des châteaux médiévaux et des villages fortifiés. Les principaux sites touristiques comprennent Lascaux, la ville médiévale de Sarlat, le château de Castelnaud-la-Chapelle ou de Commarque et le village de La Madeleine.



Le Périgord vert, également connu sous le nom de Périgord limousin, est la région la plus rurale de la Dordogne. Cette région est plus calme et plus préservée, idéale pour les amoureux de la nature à la recherche de tranquillité.  Les principaux sites touristiques sont Brantôme, également connu sous le nom de la “Venise du Périgord vert”, Saint-Jean de Côle, classé “Plus Beaux Villages de France”, Nontron et Thiviers.

Le Périgord blanc, ou Périgord central, est une région calme, bien qu’il y ait de nombreux sites touristiques populaires. C’est une région de collines et de plaines cultivées, ainsi que de villages accueillants et pittoresques : Ribérac, Mareuil, la préfecture du département : Périgueux. Les principaux sites touristiques comprennent le Musée Napoléon à Cendrieux et à Périgueux : Vesunna.

Le Périgord pourpre  est une région qui doit son nom à la couleur que prennent les feuilles de vigne à l’automne sur l’important vignoble de Bergerac (13 AOC et 1 200 viticulteurs). C’est là, le long de la rivière Dordogne que l’on marche sur une frontière qui séparait l’Angleterre et la France durant la guerre de cent ans. Pour contrôler les passages des bastides furent érigées. Parmi ces villes bâties selon un même modèle, certaines sont remarquablement conservées comme Monpazier ou Eymet.

Quelle est la ville principale du Périgord ?

Périgueux est la préfecture du département de la Dordogne.

Elle a connu une occupation à la Préhistoire, à l’époque Gallo-romaine et à la Renaissance. À l’origine, le berceau de la ville était Vésonne, ses habitants s’appelaient les Pétrocores. Puis, les Romains sont arrivés. Ils ont érigé une tour de 30m de haut et 20m de large. Le vestige actuel (la Tour de Vésone) dissimule le temple immense qu’était en fait l’édifice. Désormais, d’exceptionnelles collections archéologiques racontent la ville antique et les modes de vie de ses habitants, les Pétrocores au Musée Vésunna.

La ville est étendue mais la visiter à pied permet aussi se perdre dans des petits recoins qui en font son charme. Le secteur sauvegardé de la préfecture de la Dordogne comprend Le Musée d’art et d’archéologie du Périgord situé sur le cours Tourny. Il conserve une collection de précieux trésors du passé dans un bâtiment du XIXème siècle plein de charme. Une abondance de vestiges préhistoriques y est rassemblée. Beaucoup d’antiquités gallo-romaines du Périgord, des fresques, des mosaïques, des verreries, des stèles et des sculptures mais aussi des peintures du XVIème au XXème siècles. Poussez la porte, vous serez conquis !

Déambulez ensuite dans la vieille ville de Périgueux, riche de 2000 ans d’histoire avec 44 édifices inscrits ou classés Monuments Historiques. Il suffit de lever les yeux et de contempler. En flânant dans son dédale de ruelles, on entrevoit des décors romans ou italianisants, des envolées d’escaliers, des sculptures, des heurtoirs témoins d’un riche passé. Les rues Limogeanne et Eguillerie hébergent des maisons à pans de bois, des hôtels particuliers datant de la Renaissance. À 100 m de la Cathédrale Saint Front, vous remarquerez certainement la superbe bâtisse des francs-maçons, inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques classés, ses façades ont été édifiées au XIXème siècle. 

Sur la place de la Clautre, trône la cathédrale Saint-Front, exotique à souhait avec sa structure byzantine, son jeu de coupoles est admirable. Prenez de la hauteur ! La cathédrale se découvre de façon insolite depuis ses toits au plus près des coupoles et des colonnes. La visite permet d’observer la ville de Périgueux à 360 degrés.  Autre façon de voir la ville de haut au pied des rues piétonnes, la tour Mataguerre, une fortification française datant du XIIIème siècle à proximité de la cathédrale, est un incontournable de cette ville magnifique. Elle fait l’objet d’une protection au titre des monuments historiques et offre une belle vue sur les toits de la ville.

Sarlat, la ville incontournable des vacanciers

Bien que Périgueux soit la préfecture de la Dordogne, Sarlat est certainement la cité la plus populaire. Lorsque l’on évoque Sarlat, les souvenirs de vacances ressurgissent pour nombre de français. 

La ville si proche de la vallée de la Dordogne réputée pour le château de Beynac, le château de Castelnaud et ses Plus Beaux Villages de France, ne manque pas d’atout dans ses ruelles. Cette cité médiévale possède un patrimoine exceptionnel, visible par tous lors d’une balade en famille dans ses artères. L’Office de Tourisme organise des visites guidées pour présenter les plus beaux bâtiments historiques et la maison du poète La Boétie. Sarlat est une ville d’art et d’histoire !

Montignac-Lascaux, la ville de Lascaux

En vallée Vézère, il y a de nombreux villages qui ont gardé l’âme du Périgord mais on recense une ville qui attire tous les regards : Montignac-Lascaux.

Abritant la plus célèbre grotte préhistorique, la grotte de Lascaux, la commune possède un centre bourg tout aussi admirable. Les ruelles de part et d’autre de la rivière Vézère, les commerces qui longent les quais, les festivals qui rythment l’année… Réservez un séjour à Montignac-Lascaux, c’est s’assurer de belles vacances en Dordogne !

L’occitan, le vestige du passé

Les jours de marché, que l’on soit dans la préfecture ou dans n’importe quel autre village du département, on entend rarement parler le patois local : l’occitan. Mais chaque année, le premier dimanche de juillet une fête est dédiée à la culture du pays d’Oc : la Félibrée

Héritée du poète occitan Frederic Mistral, cette fête patronnée par le Bournat du Périgord est très appréciée dans le département. Mais gare à celui qui ne voit que du folklore ! C’est au contraire l’occasion de faire revivre le passé chargé de traditions et d’histoires. Nombreux sont ceux qui croient que les traditions vont s’éteindre, alors que l’on trouve toujours un aîné pour transmettre l’art du sabotier, le travail du feuillardier…
Les habitants décorent leurs maisons de fleurs de toutes les couleurs. Une reine est élue et parcourt à pied, au bras du Majoral du Félibrige toutes les rues constellées de décorations. Après la messe et la taulado (repas), c’est la cour d’amour qui s’active : chants, danses, poèmes par des troupes régionales et folkloriques. Évidemment, on y parle patois, car cette fête est la manifestation de l’attachement à sa langue et à ses racines. Créée pour sortir la langue d’Oc de l’oubli, cette fête attire beaucoup de Périgourdins et de touristes. La centième édition de la Félibrée s’est déroulée à Périgueux attirant sur 3 jours plus de 26000 personnes et a eu lieu à Montignac-Lascaux en 2023.

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu